Les états du moi (base de l’analyse transactionnelle)

image représentant la variété des états du moi

La représentation de la personnalité : les états du moi structuraux (1ère publication 2008)

Chacun d’entre nous s’est constitué une identité et une personnalité au fil de sa vie, depuis l’enfance, les premières expériences, le temps des rencontres extérieures à la famille, le temps des apprentissages. Pour Eric Berne, cette construction d’une personnalité est présente dans notre vie quotidienne au travers des états du moi(EDM). Ce concept constitue la clé de voûte de l’analyse transactionnelle. Il s’agit de comprendre comment nous nous sommes constitués (modèle structural) au fur et à mesure de notre croissance, par imitation, par adaptation, par opposition.

Il s’agit également de comprendre comment nous réagissons dans une relation, qu’elle soit professionnelle ou personnelle, quelle est la partie de nous-même que nous mettons en œuvre pour prendre soin des autres, les contrarier, faire ce qu’ils demandent, décider quelque chose pour nous. Dans ce cas, le modèle que nous emploierons est le modèle fonctionnel. Un état du moi est un ensemble cohérent de pensées et de sentiments que nous exprimerons au travers de comportements complémentaires.

Cette présentation des états du moi serait incomplète sans quelques précisions sur les limites coaching – thérapie. La culture du coaching conduit souvent à affirmer que l’on ne se préoccupe pas de l’histoire du client, contrairement au domaine de la thérapie. Ceci est vrai de l’histoire ancienne, de l’enfance du client, qui ne viendra généralement pas en séance de coaching (sauf dans certaines manifestations émotionnelles).

Cela n’est pas vrai de l’histoire récente du client (ses expériences précédentes comme manager ou collaborateur) qui pourra être explorée pour permettre la compréhension de difficultés vécues dans le poste occupé aujourd’hui et qui sera certainement analysé dans le cadre d’une reconversion professionnelle. Dans le cas relaté de Nicole, qui a pris la succession de son père (voir plus bas) les relations à son père ont été analysées en coaching dans le cadre professionnel (la relation à son père chef d’entreprise) et non dans la relation père-fille vécue dans l’enfance.

D’autre part, le fait d’être coach n’empêche pas de s’intéresser aux aspects structuraux de la personnalité, dans une dimension diagnostic. Ce diagnostic ne sera pas partagé (asséné ?) au client, mais permettra d’orienter nos propres stratégies d’intervention. La connaissance de la partie cachée de l’iceberg permet de mieux travailler sur la partie émergée pour reprendre la métaphore proposée par Vincent Lenhardt.

 

Léonie est une jeune femme qui travaille dans une équipe de créatifs au sein d’une grande agence de publicité. Elle débute un coaching pour « apprendre à parler en public ». Dès que la situation devient tendue dans l’équipe, elle a tendance à vouloir prendre le pouvoir, décider pour tout le monde. Ce qui bien entendu exaspère assez vite les membres de l’équipe. Au cours d’une séance de coaching, elle éclate d’un rire vrai en disant « je voudrais arrêter de ressembler à ma mère ». Sa maman a été une des premières proviseures de lycée, avec une très forte personnalité. Lorsque Léonie est confrontée à une situation nécessitant une décision, elle reproduit ce qu’elle a vu sa mère faire.

On dira avec les mots de l’AT que Léonie est dans son état du moi Parent (en termes de structure).

1ère

Les états du moi (base de l'analyse transactionnelle) 1

Dans le modèle structural Eric Berne a mis en évidence trois états du moi, chacun ayant une origine différente.

L’état du moi Parent

C’est le résultat de l’ensemble des enregistrements que nous avons intégré à partir de nos figures parentales et que nous reproduisons, quasiment sans y changer une virgule. Dans l’état du moi Parent, notre client se comporte comme l’auraient fait ses propres parents (figures d’autorité). L’état du moi Parent est un réservoir de modèles, bien  utiles pour prendre des décisions rapides, répondre à des situations répétitives ou encore répondre à des situations inédites pour nous, mais connues des personnes avec lesquelles nous avons appris ce qu’était la vie (acheter une maison par exemple). L’état du moi Parent de notre client inclut l’ensemble des valeurs,  des croyances et des attitudes qui lui proviennent de ses parents, de ses grands-parents ou des personnes qui ont eu vis à vis d’elle un rôle parental : oncle, éducateur, anciens patrons, formateurs, enseignants… ou empruntées à sa culture.  Bruno a travaillé pendant la plus grande partie de sa carrière dans une multinationale de la distribution. A près de 55 ans, il a donné un tour nouveau à sa carrière et a pris la direction d’une association gérant une maison pour personnes âgées de 40 salariés. Il se rend compte rapidement de la différence entre le mode de fonctionnement de son ancienne structure, pour laquelle il disposait des modèles culturels de fonctionnement (dans son Parent) et de la petite entreprise associative à but non lucratif. Le travail de coaching va consister à l’aider à reconstituer des réflexes de fonctionnement en développant sa connaissance du secteur (il établira entre autre actions un plan de formation et participera à de nombreuses conférences). En nourrissant son état du moi Adulte, il diminuera l’influence de son état du moi Parent. Notre état du moi Parent continue à s’enrichir toute notre vie au contact de nos mentors, formateurs, managers.
Romain est formateur dans le secteur de la bureautique, depuis 3 ans il pratique les arts martiaux avec beaucoup d’application. Lorsqu’il est en formation, il se rend compte qu’il utilise les mêmes gestes que son professeur de Kendo, lorsqu’il a besoin d’obtenir l’attention du groupe ou qu’il va faire une remarque au groupe concernant le processus. Romain cherche son style, en coaching, il fera le tri de ce qu’il veut conserver comme bon pour lui.

L’état du moi Enfant

Il est constitué de l’enregistrement des pensées, sentiments et comportements que nous avons appris à utiliser lors de notre enfance. L’état du moi Enfant désigne cette partie (psychologique) de notre client qui éprouve des besoins et des sentiments, pense, parle et réagit exactement de la même façon que lorsqu’il était un enfant d’un âge donné. Face aux figures d’autorité, pour obtenir des signes de reconnaissance, de l’attention, il a appris à s’adapter (ou quelquefois à s’opposer) aux attentes et exigences des autres. C’est dans l’état du moi Enfant de notre client que sont enregistrées ses réactions affectives les plus archaïques aux choses et aux gens qui l’environnent.

Quand Gilles, le responsable de l’équipe où travaille Léonie, lui demande devvenir présenter ses maquettes au client, Léonie ressent à chaque fois, à la fois un grand plaisir et une joie intense, accompagnée d’un trac fulgurant, qui va l’empêcher de défendre clairement son idée et va souvent la laisser insatisfaite. Dans une seconde phase de son coaching, elle explore les évènements qui la mettent mal à l’aise dans son travail et cette situation apparaît rapidement. Léonie va spontanément faire le lien entre cette situation et les nombreuses fois où, enfant, elle a du réciter des poésies ou jouer de la clarinette, pour les invités de sa mère. Lorsque Léonie réagit de la même manière que lorsqu’elle avait 8 ans, elle est dans son état du moi Enfant, selon le modèle structural.

Beaucoup des comportements adaptatifs de nos clients face aux figures d’autorité relèvent de leur état du moi Enfant et sont donc le résultat de leurs apprentissages comme enfant.

Lorsque Léonie doit téléphoner au  Directeur de la communication d’un de ses principaux clients, elle reporte de nombreuses fois cet entretien, par peur du résultat. A ce moment elle est dans son état du moi Enfant.

L’action de coaching va consister à lui expliquer le modèle des états du moi, à l’aider à classer les comportements et sensations répondant de chaque état du moi, puis à identifier les comportements qui la gênent, à analyser les moments de survenue, puis à trouver des réponses Adulte à ces situations. Le rôle du coach a été ensuite d’accompagner Léonie pour lui permettre de tester ces nouveaux comportements dans des situations à faible enjeux et de les ancrer dans sa panoplie personnelle.

L’état du moi Adulte

C’est celui qui, à partir des apprentissages de modèles, de données fiables, de perceptions validées par l’expérience, va nous permettre d’être en lien avec l’ici et maintenant, avec la situation telle qu’elle est, sans faire de méconnaissance. Dans l’état du moi Adulte, notre client est conscient de lui-même, des autres, des tenants et des aboutissants de la situation. Il s’adapte ici et maintenant aux situations et y réagit indépendamment de l’influence du Parent ou de l’Enfant. L’Adulte de notre client se renforce lorsqu’il apprend, qu’il tire profit de ses expériences, qu’il analyse des données. A chaque fois qu’il ne reproduit pas des comportements, des pensées ou des sentiments provenant de ses parents et éducateurs, ni des modèles de pensées, de ressentis et de comportements issus de son enfance, il est dans son état du moi Adulte.

Un des objectifs du développement personnel est de différencier ce qui est Adulte, de ce qui a été transmis par les parents et figures d’autorité réutilisé sans remise en question, et de ce qui reste d’éléments de l’enfance, de réactions archaïques non adaptées à la situation dans l’ici et maintenant.

Quelquefois, lorsque j’enseigne l’AT je me retrouve à employer les formules et les attitudes d’un de mes formateurs, dans ce cas, je suis dans l’état du moi Parent. Ce n’est ni bien, ni mal ; avec l’Adulte, je vais prendre conscience de ce phénomène et je pourrais décider de poursuivre cette manière de faire, car elle me convient, car elle est écologique, efficace et éthique. Mais je pourrais aussi décider de faire autrement, par exemple de développer mon propre style d’enseignement.

Nicole est la fille d’un patron de PME dans le secteur de l’imprimerie. Depuis l’époque de son bac, elle a servi à son père de secrétaire, puis d’assistante. Elle a appris le métier avec lui et c’est tout naturellement qu’elle a repris l’imprimerie au départ en retraite de son père/patron (qui est parti planter des vignes). Elle est consciente qu’elle reproduit les modèles de son père dans les prises de décision d’investissement, dans les relations aux clients, dans les relations aux compagnons. Elle débute un coaching pour identifier, définir et mettre en œuvre son propre style de management. Pour cela, elle va au cours du temps identifier les manières de faire de son père/patron, enrichir ses modèles par des discussions avec son coach, participer à une formation au management et entrer dans une association de jeunes dirigeants. Au bout de 18 mois, elle a déjà un style autonome, utilisant plus l’état du moi Adulte et basé sur une plus grande participation des compagnons aux prises de décision.

Pour un coaché, comprendre l’existence des états du moi conduit à pouvoir apprécier dans chaque situation problématique, la part de l’Adulte structural. Par exemple, cette idée que le client a sur les relations hiérarchiques et l’absence d’humanisme des managers vient-elle de ses éducateurs ou vient-elle de ses propres expériences d’enfant dans la relation à ses éducateurs ? L’identification de l’origine d’une croyance permet de la remplacer précautionneusement par une certitude Adulte, basée sur des expériences réactualisées, des apprentissages. Pour le coach, identifier la part d’Adulte active du client dans une situation donnée lui permettra d’anticiper la capacité du coaché à accepter et à mettre en œuvre le changement, si l’Enfant structural est fortement présent, il est probable qu’un travail thérapeutique soit nécessaire.

Illusions et préjugés : lorsque l’état du moi Adulte est contaminé

Léonie a des difficultés à considérer ses collègues hommes comme capable de mener à bien un travail dans les délais impartis, elle généralise régulièrement et accompagne cette généralisation d’une rationalisation « les hommes sont assez lent, c’est compréhensible, car ils n’ont pas l’habitude de faire tout ce que doit faire une femme lorsqu’elle gère une maison ». Elle sortira de la contamination en acceptant de voir la réalité du travail de ses collaborateurs, en dehors de ses projections.

Léonie vit sa relation professionnelle aux hommes au travers de préjugés.

Quelquefois nous pouvons penser que nous sommes dans notre état du moi Adulte, alors qu’un observateur extérieur va constater que nous faisons des généralisations d’expériences parcellaires de l’Enfant ou de croyances Parentales. Nous allons pouvoir identifier cette contamination de l’état du moi Adulte chez nos clients lorsqu’ils vont exprimer des préjugés (contamination de l’Adulte par le Parent) ou des illusions (contamination de l’Adulte par l’Enfant).

Maurice est cadre de santé dans un hôpital psychiatrique, il met en évidence une illusion lorsqu’il explique à son directeur, alors que l’équipe est en crise, qu’il n’est pas nécessaire de réguler son équipe, « qu’elle a l’habitude d’avoir des périodes de difficultés, mais que rapidement tout va bien à nouveau ». Dans cette situation, il fait part d’une expérience transformée par l’Enfant.

Savoir repérer les illusions et les préjugés de nos clients permet d’agir en douceur sur leur cadre de référence. Les illusions traduisent les attentes magiques ou peurs de l’Enfant et les préjugés mettent en évidence les valeurs parentales de notre client. Dans la pratique du coaching, l’objectif pour le client est souvent d’apprendre à utiliser le plus possible son état du moi Adulte. Dans chaque situation problématique, il est efficace de regarder avec son client ce que seraient des comportements Adulte (adaptés à la situation dans l’ici et maintenant), d’identifier les pensées ou les sentiments qui empêchent l’Adulte de s’exprimer et de rechercher des stratégies pour le développer (information, formation, proposition d’un autre cadre de référence, d’une autre façon de voir le monde, mise à jour et mise en question des croyances, gestion des émotions…).

Lorsque le directeur de l’hôpital souhaite amener Maurice à comprendre la nécessité de mettre en place une régulation d’équipe (il existe déjà une régulation de la relation avec les patients, mais rien n’est fait pour permettre le développement de l’équipe en tant que telle), il doit l’aider à décontaminer son Adulte. Il peut lui demander ce qui se passera s’il ne fait rien, si le problème actuel est identique aux problèmes précédemment résolus, ou encore lui demander de proposer d’autres options que celle de ne rien faire…  C’est en utilisant son propre Adulte qu’il aura le plus de chance d’amener Maurice à « brancher » le sien.

Daniel Chernet Coach, facilitateur Superviseur et formateur de coachs et de facilitateurs